Adam der Erste – un brin de 19ème

(…)

Les espaces du Paradis
Ne me manqueront jamais plus;
Ce n’était pas un vrai Paradis:
Il y avait des arbres défendus.

Je veux un droit à la liberté entier!
Et si j’y trouve la moindre restriction,
Pour moi, le Paradis se transforme

En un enfer, en une prison.
Heinrich Heine (1797-1856), dans poème Adam der Erste

* Pour les lecteurs de Perec, Heine est cité dans Je me souviens (au #19): « Ich weiß nicht, was soll es bedeuten / Daß ich so traurig bin ». De son fameux poème, Loreley.
** Sissi collectionnait obsessivement les manuscrits et portraits de  Heine. Sous l’inspiration de son poète favori, elle prenait elle-même plume et papier et laissait ses troubles tomber en gouttes de poésie. Oui, l’impératrice d’Autriche (et de Hongrie) était aussi une littéraire.