l’incongru et le pertinent

J’ai arrêté d’écrire parce que j’avais peur de pas être assez pertinente ou intéressante. Et à force de pas écrire, j’ai commencé à croire que peut-être que je n’ai rien à écrire parce que je suis vide. C’est un peu ironique lorsqu’on considère que l’écriture est un acte de création. Si l’écriture est la source de l’angoisse, il est donc aussi sa solution. Écrire pour écrire; écrire pour voir; écrire pour devenir. Un deux trois, go.

À propos de la non-pertinence :

Grâce à un ami et quelques articles de Buzzfeed, j’me suis rendue compte que le timing, c’est important. Surtout dans les situations suivantes:

  • En amour

  • Au sport (surtout aux J.O.)

  • Pour les vrais reporters qui cherchent le scoop

Je ne suis pas capable de jogger plus de 3km. Pas capable de jongler plus de deux balles. J’ai jamais été à la mode, et je déteste lire les nouvelles : je suis une déconnectée, une hors-temps. Je n’ai rien à voir avec la pertinence, et ce blog non plus (spoiler : même le contenu de mon article sur la non-pertinence devient non pertinent plus loin; j’y recense des recettes végés délicieuses et faciles, yo). Lire la suite