j’apprends le japonais.

ou: apprendre le japonais gratuitement sur le web

(NB: Cet article contient plusieurs explications et ressources qui pourront être utiles à quiconque veut commencer à apprendre le japonais. Et ce, pour la modique somme de zéro dollar! YUP, keep on reading!)

Chaque année. Comme une vieille habitude. Tsé, y a des gens qui répètent chaque jour de l’An qu’ils vont commencer à aller au gym, qu’ils perdront X kilos, qu’ils arrêteront de fumer. Moi, chaque année à date variable, je me dis: Je vais apprendre le japonais.

Je sais, han.

Chaque année, je m’essaie. Ça dure un instant, puis La Vie me rentre dedans et me propulse à la case départ, celle intitulée procrastination. Celle où je fais pas grand chose, mais ce que j’évite de faire (une dissertation de littérature russe, pour ne donner qu’un exemple) est bien plus important que ce que j’abandonne (l’étude du japonais en ce cas-ci).

N’ayant plus de cours, d’emploi ou de vie sociale (merde), je n’ai donc plus autant d’excuses. C’est pourquoi j’apprends enfin le japonais.

 

Liste d’excuses:

1) Pas le temps

2) Dissert de russe à finir

3) J’aime pas la gastronomie japonaises et les sushis juste les sushis à l’avocat

3) D’autres langues à apprendre/pratiquer avant d’entreprendre le périple japonais

4) C’est compliqué, le japonais.

Pour être honnête, je croyais pas réellement que c’était si compliqué, le japonais. Ah! Être japonaisement insouciante de nouveau! Mais du coup, voici les déambulations et premières étapes d’un périple qui a commencé le 28 janvier (fin: inconnue à ce jour).

Je comparais au mandarin, me disant: « Ah! Au moins il n’y a pas 4 tons différents, dans le japonais! » (Neuf, si je voulais apprendre le cantonais) Je me disais: « Ah! Mais grâce à l’existence des kanas, même si je ne sais pas dessiner un kanji, je pourrais toujours l’épeler en syllabiques, au son! »

Comme Usagi dans Sailor Moon. (Rien d’élitiste dans mes références, de toute évidence) Seulement… Quand ses amies se rendent compte que même dans la lettre qu’elle envoie du futur, en tant que mère et reine, elle ne sait pas écrire en kanjis et est trop paresseuses pour chercher dans le dictionnaire, tout le monde se paie sa tête.

Minako (Sailor Moon cannot write Kanjis!)

Pas de kanjis, juste des kanas! Mais c’est pour les enfants et les simplets!


 

Premiers challenges de la langue japonaise:

Trois systèmes d’écritures (et un nouveau système de grammaire!) à apprendre — deux syllabaires et un système d’idéogrammes (on parle pas d’alphabet, ici). Comme dirait mon beau-père, « C’est du Chinois! »

Hiragana: c’est mignon et tout rond tout rond. Ça sert à: composer des mots (la manière facile, parfois, mais d’autres fois, la seule manière), indiquer les particules, suffixes et déclinaisons. Entre autres. わたしのなまえはねこちゃん.

Katakana: écriture plus minimaliste, carrée. En gros, ce sont les mêmes sons que les hiraganas, écrits autrement! Joie! Employés pour les mots importés, les concepts scientifiques, plusieurs noms de pays, onomatopées… Entre autres. カナダ, フランス, アメリカ…

Kanjis: idéogrammes, les « caractères chinois ». Ça couvre: verbes, noms, adjectifs, adverbes… Semblerait-il que, pour bien se débrouiller, il faudrait en connaître au moins 2000.  私, 猫, 音, 学, 古, 映画, 本…

Les kanjis n’ont peut-être pas différentes tonalités, mais ils ont plusieurs différentes lectures. On appelle ces lectures: on’yomi et kun’yomi:

On’yomi: basé sur la prononciation chinoise (adaptée à la saveur japonaise). Souvent (surtout) lorsqu’un mot est composé de multiples kanjis (mot composé, jukugo). Aucun hiragana n’est attaché.

Kun’yomi: lecture japonaise. Moins fréquemment trouvé dans les mots composés de plusieurs kanjis. En général, si le vocabulaire est seul ou suivi d’hiraganas, on lira le caractère avec la prononciation kun’yomi.


 

Autodidactisme de Japonais sur un Budget :

1)Hiraganas

Comment apprendre ce premier syllabaire très utile et si douillet? Grâce à The Ultimate Guide to Learning Hiragana! Le guide se sert de mnémoniques et d’exercices afin d’imprimer tous ces nouveaux symboles dans le creux de votre mémoire. En deux jours, je connaissais tous mes hiraganas. Apprendre la prononciation des syllabes aide à mieux prononcer le japonais au sens large. Et grâce à des jeux en ligne, reconnaître les symboles et les identifier devient très plaisant à pratiquer!(Drag-n-Drop Hiragana; Practice Real Kana)

2)Katakanas

Même méthode.

(Après cela, la vraie game commence. )

3)Kanjis – un début

  • wakikani : seulement les deux premiers niveaux sont gratuits, mais le design du site est franchement sympathique et c’est un petit pas à franchir après les kanas. Ça utilise des mnémoniques, ça bâtit une fondation, ça utilise les SRS (Spaced Repetition System; répétition espacée) comme Duolingo et ANKI. Ça enseigne les différentes lectures/prononciations des kanjis, mais pas la façon de les écrire.

Sites similaires [c-à-d apprentissage par radicaux et mnémoniques]:

A Complete Course on How Not to Forget the Meaning and Writing  of Japanese Characters

enseigne comment écrire les kanjis, mais pas comment les prononcer. C’est un livre/manuel, mais les 120 premières pages sont disponibles en PDF gratuit. Un site à part a été construit pour réviser les kanjis appris dans ce guide, « Reviewing the Kanji« . Comme l’étude est basée sur le guide, il est possible de réviser seulement les kanjis qu’on a vus (en inscrivant le # du dernier kanji appris).

  • Kanjidamage – un ton franchement plus informel, puisque le site est construit non par un professeur ou par des pros, mais plutôt par un tel qui apprend le japonais et qui donc comprend les frustrations et sait quels sont les problèmes lors de l’apprentissage, et les trucs pour les régler. Ça reste du solide, avec une jolie dose d’humour.

 

4) Grammaire et vocabulaire

Beaucoup d’autodidactes préfèrent apprendre d’abord un tas de kanjis et sauter l’étape « rébarbative » de la grammaire. Ils croient savoir lire le japonais ainsi. Pourtant, ils ne sauraient déchiffrer des bouquins ou même des phrases pour autant. Imaginez un étranger qui vous débite le dictionnaire sans ordre ni structure…!

Particularités: enseigne l’écriture et les prononciations, met en contexte puis explique les points de grammaire et le vocabulaire. Des exercices de difficultés variables sont inclus à la fin de chaque leçon pour assurer la compréhension et la rétention des notions récentes.

etude japonais - kanjis, verbes, particules

Vu de même, on dirait presque que j’écris mieux en japonais qu’en français.

* Mon p’tit plus: sous l’influence des autres sites qui enseignent les kanjis en bâtissant selon leurs radicaux proposés plus haut, je recherche les nouveaux caractères dans jisho.org où je vois comment certains kanjis sont en fait des jukugo (mots composés) puis (ou bien) comment ils se décomposent. C’est aussi là que je trouve mes explications préférées quant à l’utilité des kanjis et l’ordre des traits. Super clair et précis. (Cliquer les images pour agrandir)

Ça rallonge la démarche, mais tant qu’à passer du temps à mémoriser un idéogramme, je préfère nettement l’employer à décomposer, analyser, trouver des motifs et des connexions et ainsi mieux comprendre le sens du kanji. Logique, non?

  • Tae Kim’s Guide to Learning Japanese – beaucoup de contenu dès les premières leçons (j’ai passé celles qui traitaient de kana), avec des explications claires et perspicaces, de débutant à expert (mais l’entrée en matière en demande quand même beaucoup à un.e débutant.e)

5) Réviser le vocabulaire avec ANKI

Télécharger l’application, c’est aussi: sauver plein d’arbres en faisant une étude virtuelle à la place de se faire des cartes de révisions. Pleins de paquets existent déjà, différentes langues, différents sujets, variés et disponibles au téléchargement. Le Japanese Core Deck 10K est populaire, je crois.

Quant à moi, je m’en sers en construisant mes propres paquets de cartes mémoires. Il y a une extension spéciale pour le japonais.

Voilà. Voilà ce que j’utilise quotidiennement pour apprendre le japonais.

Ceux qui ont de l’argent achètent du matériel d’apprentissage plus consistant. Des abonnements à des sites — wakikani à long terme, par exemple, ou des cahiers comme la populaire série GENKI! comme base et structure d’apprentissage. Prennent des cours dans des écoles. Voyagent au Japon.

Jeune fille en yukata, fleurs de cerisier

Ressources extra pour apprendre le japonais: un cerisier, un yukata et le Japon en toile de fond

Le pari que je fais, c’est qu’il y a assez de ressources en ligne pour acquérir une bonne maîtrise de la langue sans avoir à débourser d’argent. Car, autant que la qualité de l’enseignement, l’assiduité de l’élève détermine la qualité de l’apprentissage. Une courte session d’étude chaque jour? Beaucoup mieux qu’un bourrage de crâne de quelques heures une fois par semaine/mois. Surtout pour apprendre des langues!

Ensuite, former une habitude, c’est comme aller au gym… Faut savoir rejeter chacune des petites voix qui vous feront croire que, ça va, s’effoirer dans le sofa pour écouter des vidéos de chats pendant des heures, c’est tout aussi valable qu’une séance d’exercice physique ou intellectuel.

Une fois propulsé sur le chemin du succès, il suffit de se laisser porter par le mouvement! #loikinétique


Pourquoi apprendre le japonais, au fait?…

.

Puisque j’ai d’autres langues à apprendre/améliorer; puisque je n’aime pas le poisson, les fruits de mer et les sushis; puisque je n’ai pas d’ami(e)s japonais(es), pourquoi?

C’est un luxe que je m’offre, un peu. J’ai beau pas avoir d’horaire, de vrai but de carrière ou de salaire, je peux choisir d’accomplir les projets que je repoussais auparavant par manque de temps ou de motivation. Fabriquer ma vie par passion, avec patience.En l’absence de pressions extérieures, je peux me pousser à devenir la personne que je veux être en trouvant des motivations intérieures. Enfin, j’aime les « casse-têtes qui cassent la tête », comme le dirait ma grand-mère.

Quant aux résultats, je vous tiendrai au courant!

_if you’re happy learning and you know it clap your hands – if you’re happy learning and you know it clap your hands!_

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s